13920208_10207387806395571_4769115510263536394_o 


Début 1914, Charlot n'est pas encore connu, son 1er film: "Charlot est content de lui" ne sortant que fin 1914.
Pourtant en avril 1914, subventionné par la Warner Features Co,fondée l`année d`avant par les freres Warner,issus d`une famille d`émigré polonais, il traverse l Atlantique sur le Lusitania, accompagné d'une équipe réduite. Aprés avoir débarqué à Cherbourg ils se rendent à Grandcamp, dans la somptueuse Lorraine Dietrich 12 HP Type SLF avec chauffeur de la diva grancopaise  pour tourner ce qui aurait du être son 1er film:" Le pêcheur de crevette".

 

lusitania-a-deck-c_3238711k

Une cabine du Lusitania; Chaplin a probablement fait la traversée dans une cabine semblable.

Logés par Renée Richard (la Diva en question),une amie de vielle date de Chaplin, dans la splendide villa de celle ci: La Favorite, (hélas aujourd'hui détruite) toute l'équipe se met au travail.

ville dtruite

     "La Favorite", la villa de Renée Richard, face à la mer.                                                                                               
Ce devait être un long métrage; mais la guerre éclate, le Lusitania est réquisitionné.
Charlie Chaplin regagne malgré tout les Etats unis sur un petit vapeur, après avoir donné le dernier tour de manivelle. Hélas, dans la confusion de la déclaration de guerre, les bobines sont perdues.
Juin 2011, à Philadelphie, un amateur de photos et fims anciens, Angus Mac More, fait l'acquisition dans une brocante et pour 3 sous de 5 boites métalliques, sur l'une d'elle on peut encore lire le mot Grandcamp.
Rentré chez lui il ouvre une boite et s'aperçoit trop tard que ces boites contiennent du 24 mm non développé; Le film a vu le jour la bobine est perdue.
Angus confie les 4 autres à un labo spécialisé, les films ont beaucoup souffert, du temps déjà, mais certaines boites ont également pris l'eau de mer; malgré tout, certaines scènes, bien que de mauvaise qualité voient enfin le jour; c`est bien: "Le pecheur de crevettes" de Chaplin.
J'ai pu visionner ces rushes et je peux vous dire que tout l'humour de Charlot est déjà là.
Charlot attaqué par un essaim de mouches alors qu'il pousse son boutou.
Charlot tombe dans un trou d'eau ...Surnage le chapeau et le boutou. Quand il sort de l'eau il danse une gigue effrénée à cause d'un bouquet passé sous sa chemise.
Charlot attaqué par les bouquets, un peu comme dans "Les oiseaux" d' Hitchcock...Tiens bizarre !
Charlot casse son boutou et se vautre sous l'oeil des pêcheurs morts de rire.
Charlot racontant ses expoits assis sur le "banc des menteurs" au musous.
Et enfin une scène qui je pense devait être la dernière, Charlot faisant cuire sa pêche avec moult précations, ajoutant poivre, épices, fenouil, contrôlant le temps de cuisson sur une énorme montre; et lorsqu'enfin il verse le contenu de la casserolle dans la passoire, qu'y voit on?....Un seul bouquet....
Gageons que nos petites mains de la restauration cinématographique sauront redonner vie à ce qui reste de ce film et qu'il sera projeté, l'an prochain, à Grandcamp les bains, lors de la désormais célèbre et incontournable fête du bouquet.
Pour l'instant reste aujourd'hui la fameuse carte postale, prise par mon arrière grand père, passionné de photo et qui fût durant quelques mois curé à Grandcamp.