20 juin 2011

Karine yeux ouverts

Bronze hauteur 85 cm

DSC_0124

DSC_0125

Posté par philippemorel à 21:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]

06 mai 2011

La Galerie Van Loon et Simons

Les pièces sont arrivées (pas sans mal), à Vught, prononcer vfurrt, Hollande, dans la très belle galerie Van Loon et Simons, "The House of Arts"

 

   DSC_3575

 DSC_3574  DSC_3576

Posté par philippemorel à 22:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 mai 2011

Amis de longue date

 Dans la famille Duchemin ...

Je demande le père

 cliquez sur les photos..."Ma parole", faut tout vous dire...

live_2

Dans la famille Duchemin je demande le fils!

 Ah là là... ces "fils de"...!

paul1

 

paul

 

Posté par philippemorel à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 avril 2011

Les pièces soclées

      karine

    DSC_3439  detail

 

             detail_1

 

DSC_3430   DSC_3419

              DSC_3427

 

 Les têtes articulées

 titique_1  titique

          titique_5

 

       tiotique_4  titique_3

                     patricia

 

   DSC_3401   DSC_3403

 

        DSC_3468

 

         DSC_3422

 

    DSC_3460   DSC_3463

 

  DSC_3480

...Et pendant ce temps  ZIZI dort...

DSC_3356

Posté par philippemorel à 21:40 - Commentaires [1] - Permalien [#]
07 avril 2011

Défournement

..En principe je ne suis jamais satisfait du résultat et ma femme prétexte toujours quelques courses à l'extérieur pour éviter ma mauvaise humeur.

 Hier en rentrant, anxieuse, edlle m'a demandé: "Alors, c'est comment?" J'ai répondu: "plutôt bien!"....Elle avait l'air toute surprise...

              DSC_2610

 

                 DSC_2611

 

            DSC_2615

 

             DSC_2621

 

 

DSC_2622  DSC_2624

 

               DSC_2634

 

 

                    DSC_2630   DSC_2625

 

                 DSC_2628

Posté par philippemorel à 12:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

31 mars 2011

Nous y sommes Fred Vargas



  Nous y sommes


Par Fred Vargas


> Nous y voilà, nous y sommes.

Depuis cinquante ans que cette tourmente menace dans les hauts-fourneaux de l'incurie de l'humanité, nous y sommes.

Dans le mur, au bord du gouffre, comme seul l'homme sait le faire avec brio, qui ne perçoit la réalité que lorsqu'elle lui fait mal.
Telle notre bonne vieille cigale à qui nous prêtons nos qualités d'insouciance, nous avons chanté, dansé. Quand je dis « nous », entendons un quart de l'humanité tandis que le reste était à la peine. Nous avons construit la vie meilleure, nous avons jeté nos pesticides àl'eau, nos fumées dans l'air, nous avons conduit trois voitures, nous avons vidé les mines, nous avons mangé des fraises du bout monde, nous avons voyagé en tous sens, nous avons éclairé les nuits, nous avons chaussé des tennis qui clignotent quand on marche, nous avons grossi, nous avons mouillé le désert, acidifié la pluie, créé des clones, franchement on peut dire qu'on s'est bien amusés.
On a réussi des trucs carrément épatants, très difficiles, comme faire fondre la banquise, glisser des bestioles génétiquement modifiées sous la terre, déplacer le Gulf Stream, détruire un tiers des espèces vivantes, faire péter l'atome, enfoncer des déchets radioactifs dans le sol, ni vu ni connu. Franchement on s'est marrés.
Franchement on a bien profité.
Et on aimerait bien continuer, tant il va de soi qu'il est plus rigolo de sauter dans un avion avec des tennis lumineuses que de biner des pommes de terre.
Certes. Mais nous y sommes. A la Troisième Révolution. Qui a ceci de très différent des deux premières ( la Révolution néolithique et la Révolution industrielle, pour mémoire) qu'on ne l'a pas choisie.
« On est obligés de la faire, la Troisième Révolution ? » demanderont quelques esprits réticents et chagrins.
Oui.
On n'a pas le choix, elle a déjà commencé, elle ne nous a pas demandé notre avis. C'est la mère Nature qui l'a décidé, après nous avoir aimablement laissés jouer avec elle depuis des décennies. La mère Nature, épuisée, souillée, exsangue, nous ferme les robinets. De pétrole, de gaz, d'uranium, d'air, d'eau. Son ultimatum est clair et sans pitié : Sauvez-moi, ou crevez avec moi (à l'exception des fourmis et des araignées qui nous survivront, car très résistantes, et d'ailleurs peu portées sur la danse).

Sauvez-moi ou crevez avec moi
> Évidemment, dit comme ça, on comprend qu'on n'a pas le choix, on s'exécute illico et, même, si on a le temps, on s'excuse, affolés et honteux. D'aucuns, un brin rêveurs, tentent d'obtenir un délai, de s'amuser encore avec la croissance.

Peine perdue.
Il y a du boulot, plus que l'humanité n'en eut jamais.
Nettoyer le ciel, laver l'eau, décrasser la terre, abandonner sa voiture, figer le nucléaire, ramasser les ours blancs, éteindre en partant, veiller à la paix, contenir l'avidité, trouver des fraises à côté de chez soi, ne pas sortir la nuit pour les cueillir toutes, en laisser au voisin, relancer la marine à voile, laisser le charbon là où il est, – attention, ne nous laissons pas tenter, laissons ce charbon tranquille

récupérer le  crottin, pisser dans les champs (pour le phosphore, on n'en a plus, on a tout pris dans les mines, on s'est quand même bien marrés).
S'efforcer.
Réfléchir, même.
Et, sans vouloir offenser avec un terme tombé en désuétude, être solidaire.
Avec le voisin, avec l'Europe, avec le monde.
Colossal programme que celui de la Troisième Révolution.
Pas d'échappatoire, allons-y.
Encore qu'il faut noter que récupérer du crottin, et tous ceux qui l'ont fait le savent, est une activité foncièrement satisfaisante. Qui n'empêche en rien de danser le soir venu, ce n'est pas incompatible.
A condition que la paix soit là, à condition que nous contenions le retour de la barbarie –une autre des grandes spécialités de l'homme, sa plus aboutie peut-être.
A ce prix, nous réussirons la Troisième révolution.

A ce prix nous danserons, autrement sans doute, mais nous danserons encore.


> Fred Vargas
Archéologue et écrivain

>


 

Posté par philippemorel à 14:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 mars 2011

Il est trop fort ce MOREL

cliquez

4658_francois_morel_france_inter

...Et en plus d'après Monsieur Percebois, nous sommes des incultes....

Posté par philippemorel à 21:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mars 2011

Histoire courte

La "BETE" à passé sa truffe humide dans l'entrebâillement de la porte mal fermée.

 Elle renifle bruyamment.

 Claquons vite cette porte avant qu'elle n'y mette la patte!

Posté par philippemorel à 13:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 mars 2011

Petit intermède.

 Gabin dans "Le président", ou l'on voit que rien n'a changé.....

president_1961_04_g

Posté par philippemorel à 13:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mars 2011

Il fait beau, j'enfourne

               DSC_2005  DSC_2010

                     ..Hé oui, c'est de nouveau une grande cuisson qui se prépare!

DSC_2012

 

  DSC_2022  DSC_2045

 DSC_2024

 

                                   DSC_2048

 DSC_2053

...Et pendant ce temps, 'Raymond" se prélasse au soleil!

          DSC_2034

 

Posté par philippemorel à 21:20 - Commentaires [1] - Permalien [#]